De l'invention des lunettes à aujourd'hui

Avant de voyager dans le temps... 

Souvenez-vous... quelques années en arrière... Vous n’étiez exposé(e)s qu’à un écran : celui de votre ordinateur, sur votre lieu de travail. Aujourd'hui, non seulement votre lieu de travail est peut-être devenu chez vous, mais vos outils numériques sont devenus des alliés bien présents. Très présents.

Ils sont devenus vos “écrans de compagnie".

Un réveil? L’alarme du smartphone.
Un réflexe? Les réseaux sociaux sur votre téléphone.
Se détendre ? Un film sur votre écran préféré.

Et cette tendance n’est pas près de faiblir. La crise sanitaire du COVID19, les envies de flexibilité horaire, les nouveaux enjeux professionnels et le développement du freelancing poussent de plus en plus de françaises et français à exercer leur activité en télétravail. 

En décembre 2020, la Société Foncière Lyonnaise (SFL) et l’Ifop ont publié les résultats de leur 7e baromètre Paris Workplace.
“En septembre 2020, 86 % des salariés affirmaient qu’ils voulaient dans l’idéal pratiquer le télétravail au moins un jour par semaine. Et 43 % jugeaient même que dans un avenir proche, les entreprises n’auraient plus besoin de bureau.” (Source : SFL/Ifop, 2020)

Votre temps d’exposition aux écrans va sans doute grimper en flèche.

Vos lunettes vont nécessiter une mise à jour pour répondre à vos nouvelles attentes mais aussi vous protéger d'un mal encore peu connu. Mais d'abord, faîtes un pas de côté, et plongez-vous dans l'Histoire des lunettes.

Les lunettes à travers les siècles

à travers les siècles : sablier

De l’émeraude employée par l’empereur Néron pour observer les gladiateurs, aux montures que vous utilisez tous les jours, indispensables à votre confort, la paire de lunettes, sous sa forme actuelle, est le résultat d’une longue évolution à travers les siècles.

Bien qu'utilisées par les Romains sous forme de sphère pour lire des textes de petite taille, et malgré une origine toujours controversée, l'invention des lunettes est communément reconnue comme étant Italienne.

Inventées à la fin du XIIIe siècle, par Salvino degli Armati elle ont dû s’adapter, au fil des années, aux exigences d’un public, de plus en plus large. À la recherche d’un “outil” élégant, pratique et flexible capable de s’adapter à toutes les situations de la vie quotidienne.

Aujourd’hui, vos lunettes vont bien évidemment s'adapter pour répondre pleinement à vos besoins.

1. Début de l'aventure au Moyen-Âge

Après leur invention, les moines ont été le premier groupe social à porter “des lunettes” régulièrement.

Allié précieux dans leurs travaux de lecture, d'écriture et d’enluminure, l’usage d’une pierre de lecture était très répandu dans les monastères à cette époque.  

Sorte de demi-sphère grossissante que l’on glissait sur les pages, cette pierre corrigeait efficacement les symptômes de la presbytie, c'est-à-dire la difficulté à voir de près.  

Prêtes à chausser vos bésicles ! Vos premières lunettes, on les confectionnait soit avec du verre (pierre cristal de roche), soit avec des cristaux transparents (le béryl).

Leur avantage : se tailler facilement. Des matières très adaptées à la fabrication de verres correcteurs.

Béryl, bésicles : des mots qui se ressemblent étrangement ! Et oui ! Bésicles, le nom des premières lunettes était né.

Roger Bacon, scientifique anglais, étudie avec précision le mécanisme de l'œil et franchit un pas décisif.

La fin du XIIIe siècle est marquée, toujours en Italie, par l’apparition des bésicles clouantes permettant une vision binoculaire et donc une appréciation plus précise des distances.

Elles ressemblent un peu à nos montures sans les branches. Mais elles restaient loin du design des lunettes de Morpheus dans Matrix.

Vous ne voyez pas bien à quoi cela ressemble ?

Voici la recette ! Vous avez vos verres. Vous emboîtez chaque verre dans un cercle en bois ou en cuir. Chaque cercle est surmonté d’une tige (la forme d’un bâton d’esquimau) et les tiges sont fixées par un clou.
C'est comme une paire de ciseaux, mais sans les lames !

Porter des bésicles clouantes, c’est être érudit, savant. Philosophes, moines, et médecins se reconnaissaient mutuellement par ces outils.

2. XVe siècle : une démocratisation grâce à... l’imprimerie

Dans un souci d’élégance et de praticité, les bésicles connaissent leurs premières évolutions. Le clou est remplacé par un pont - en bois, en écaille de tortues -. On cherche des solutions pour maintenir correctement les lunettes sur le visage, par exemple avec un ruban noué derrière la tête.

Si le XIIIe siècle est marqué par l’usage de verres convexes, le XVe siècle voit l’apparition de verres concaves pour compenser les effets de la myopie, c’est-à-dire des difficultés à voir de loin. 

La diffusion de l’imprimerie, dans les années 1450, provoque une forte hausse de la demande de lunettes. En effet, un nombre croissant de lecteurs constatent alors leurs problèmes de vue.

Mais le coût de fabrication d’une paire de lunettes restant élevé, elles deviennent un accessoire de prestige.

3. XVIIe et XVIIIe siècles : vers une forme contemporaine

Pour répondre à des soucis d'esthétisme et de praticité à cette époque, les bésicles connaissent une évolution de leur forme : pince-nez, lunettes à cordon, …

L’évolution la plus notable date de 1728. L’opticien anglais Edward Scarlett crée les lunettes à tempes.

À quoi ressemblaient-elles ? Très proches des lunettes actuelles, mais avec des branches plus courtes qui s’arrêtaient aux tempes. Il fallait s’adapter à un accessoire de mode très en vogue. Allez, nous vous laissons deviner… Eh oui, la perruque !

Un seul désavantage, mais non des moindres : leurs branches exercent une pression sur le crâne. Les migraines étaient fréquentes.

Seul l’abandon de la perruque a permis à Edward Scarlett de rallonger les branches.

Les matériaux utilisés pour forger ou sculpter les lunettes demeurent précieux (or, argent, corne, etc.). Les lunettes sont “l’outil” des élites et sont toujours fabriquées à la main par des forgerons ou des orfèvres.

4. XIXe siècle : l’industrialisation

Des verres corrigeant l'astigmatisme (vision floue de près comme de loin du fait d'une perte de la sphéricité de l'œil) voient le jour en 1825, grâce au physicien britannique George Airy.

De nouvelles sources d’énergie apparaissent : charbon, pétrole, électricité, et avec elles la production se mécanise. Une classe ouvrière émerge, le prix des produits baisse.

Cet essor industriel marque la fin de la fabrication artisanale des lunettes. L’usage de nouveaux matériaux, comme le métal, rendent les paires de lunettes plus légères et confortables. Par exemple, les montures en fil de fer des fabriques de Morez, élèvent cette ville au rang de capitale française des lunettes, aussi bien que Besançon l’est pour l’horlogerie!

La forme du verre change et devient elliptique : moins large, moins lourd, tout en offrant une meilleure qualité d’optique.

5. XXe siècle : les lunettes deviennent tendance

Dans les années 1950, la démocratisation se poursuit avec le plastique. Ce dernier permet aux créateurs de laisser parler leur créativité. La paire de lunettes doit être ergonomique et confortable.

Verres progressifs et photochromiques apparaissent sur cette période.  

Le verre progressif est idéal pour lire de près et voir de loin.

Le verre photochromique s’adapte aux conditions de luminosité et permet à l’utilisateur de profiter d’une vision optimale, à l’intérieur comme à l’extérieur.


Les lunettes en 2021 : nécessaires pour tous?

En 2021, la multiplication des écrans inquiète. 

Le Baromètre du numérique, réalisé par le CRÉDOC en 2017, témoigne de l’omniprésence des écrans dans notre vie quotidienne.

  • 73 % des Français possèdent un smartphone. Ils étaient seulement 17 % en 2011.
  • 53 % des Français utilisent un ordinateur à leur domicile tous les jours.
  • 30 % des Français utilisent un ordinateur au travail/à l’école tous les jours.
  • 76 % des Français se connectent tous les jours à Internet.

L’activité numérique est au cœur de notre vie quotidienne. 

En mai 2017, les médecins et psychologues français ont publié une tribune dans le journal “le Monde” pour alerter l’opinion publique des dangers que représentaient les écrans pour les plus jeunes.

“ Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à 3 ans, ne nous regardent pas quand on sadresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs.”

Cette surconsommation n’est donc pas sans conséquence. Parmi ces dangers, la lumière bleue est au centre des préoccupations.

1. Lumière bleue : danger

Une utilisation intensive des écrans de smartphones, d'ordinateurs, de tablettes peut avoir des effets négatifs sur la santé des enfants comme des adultes.

En 2019, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’Alimentation, de l’Environnement

et du Travail (ANSES) a réévalué les résultats en provenance de son expertise de 2010 sur les LED.

LAgence confirme la toxicité de la lumière bleue sur la rétine et met en évidence des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil liés à une exposition le soir ou la nuit à la lumière bleue, notamment via les écrans et en particulier pour les enfants.” 

a. Lumière bleue : symptômes et risques

La lumière bleue impacte en premier la surface de l'œil (le film lacrymal) et crée des effets stroboscopiques. Vous ressentez alors des sensations de picotements, d’assèchement, de fatigue voire de migraine.

Puis la puissance de cette lumière lui permet de pénétrer dans l’oeil, le fragiliser, jusqu’à sa rétine. Elle peut entraîner un éblouissement, voire une déchirure ou décollement de la rétine.

La lumière bleue émanant des écrans est dix fois plus puissante que la lumière naturelle.

b. Pourquoi la lumière bleue est-elle plus dangereuse pour les enfants, adolescents, et après cinquante ans?

Dans le cas des enfants et adolescents, leur cristallin n’est pas encore complètement formé. Ce cristallin sert de lentille pour former l’image visualisée sur notre rétine. Chez nos enfants et adolescents, la lumière bleue traverse donc encore plus facilement le cristallin et impacte d’autant plus la rétine, qui se retrouve surexposée.
Chez vous, mesdames et messieurs du troisième âge (déjà!), votre cristallin commence à perdre de sa superbe.
Cette surexposition est favorable à une apparition précoce de vieillissement rétinien et de la maladie déjà bien décrite et dont vous avez peut-être déjà entendu parler : la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge).

c. La lumière bleue : un mauvais sommeil paradoxal.

Perçue par l'œil comme un signal lumineux d’intensité très importante, la lumière bleue dérègle l'horloge biologique. La sécrétion de mélatonine, l’hormone de notre rythme biologique de veille-sommeil, nous aidant à percevoir le temps, se retrouve bloquée.

Une exposition à la lumière bleue le soir provoque alors :

  • un soutien de l’éveil et un retard de l’endormissement ;
  • un fractionnement du sommeil, des cycles plus courts, et une perte de la qualité du sommeil profond.

d. La lumière bleue empêche de perdre du poids

Les hormones de régulation du poids (notamment l’insuline) sont perturbées. Le taux de sucre va augmenter ce qui peut entraîner une prise de poids, de la graisse par-dessus vos abdominaux, et des risques de diabète, maladies cardiovasculaires, ainsi que les pathologies cancéreuses.

2. La lumière bleue : comment s’en protéger ?

Atténuer les risques liés à cette “surconsommation” de lumière bleue, c’est possible ! Des solutions existent.

Choisir des verres avec un traitement spécifiquement anti-lumière bleue vous protègent au quotidien.

Soyez rigoureuses et rigoureux sur votre sélection ! Tous les traitements ne se valent pas.

D’ailleurs, les acteurs du monde digital ont bien compris que ces “problèmes” de lumière bleue pouvaient être néfastes à leur propre industrie.

Vous disposez sûrement, sur vos smartphones et vos ordinateurs, d’applications ou de  modes d’affichage pour adapter la luminosité de l'écran selon le moment de la journée. Cependant, ceux-ci sont loin d’être suffisants.

Vous connaissez maintenant la petite histoire de la paire de lunettes, cet objet qui a traversé les âges, avec praticité et prestige. Son invention a bouleversé l’histoire de l’humanité. Elle a permis l’accès à la connaissance et à la transmission du savoir.

Nous espérons que vous y voyez plus clair dans . Vous êtes exposées à la lumière bleue d’innombrables heures ? Attachez une attention toute particulière à vos lunettes.

 

 

Ça y est, vous connaissez sur le bout des doigts l'Histoire des lunettes et les enjeux contemporains qu'elles peuvent servir. 
Vous êtes en avance sur votre temps, car vous comprenez mieux que 99% des gens les risques liés à notre surexposition aux écrans.
Pour agir, découvrez nos collections de lunettes.

Avec Fauvéa, prenez votre longueur d'onde d'avance.

 Fauvéa | Lumière bleue | Les lunettes de l'ère digitale

Nous répondons à tous vos commentaires.