Comment se concentrer

La concentration…

Au vingt-et-unième siècle, c’est le combat de beaucoup d’entre nous.

Que ce soit à l’école, à l’université, au travail, pour rédiger un article ou un post, monter un meuble, notre concentration est indispensable. Sans elle, il nous arrive de passer des heures à effectuer une tâche parfois simple, et avons l’impression de perdre la ressource qui nous est Ô combien précieuse : le temps.

Quel est l’objectif de la concentration?
Réduire son champ d’attention afin de se focaliser sur une tâche précise et idéalement unique, afin de l'exécuter avec qualité.
« Idéalement unique »; concept abordé ultérieurement.

Quel est l'enjeu de la concentration?
Dans une société productiviste, l'enjeu de la concentration le plus commun est d'arriver à un ratio le plus élevé possible entre quantité de travail accomplie et temps investi pour celui-ci. Depuis quelques années, est notée l'émergence de cette notion de ratio de productivité mais appliqué à la qualité du travail fourni.

A. Les trois ennemis de la concentration

La première chose à comprendre est que ces ennemis de la concentration sont liés entre eux.
Ils forment une véritable alliance pour nous empêcher d’être productif(ves), oui!
Le premier peut entraîner le second tel un domino, et celui-ci est volontiers synergique avec le troisième. Que veut-on dire par là? Si vous êtes curieux(se), vous trouverez la réponse dans cet article.

1. Les distractions

Vous savez, ces petites choses du quotidien qui nous font constamment penser à autre chose que la tâche que nous tentons d’accomplir. Jeter un oeil au fil d’actualité de son réseau social favoris, répondre à un e-mail, écouter notre artiste préféré(e), être sollicité(e) par sa collègue.

2. Les égarements de la pensée

Divaguer. Penser à ce que l’on fera ce weekend, ce que l’on cuisinera ce soir, ce que l’on répondra à notre crush Tinder… Si la réalisation d’une tâche, qu’elle soit manuelle ou intellectuelle, demande toujours une certaine dose de concentration, le fait de penser à autre chose que celle-ci est très contre-productif.

3. Notre corps et notre esprit

Sur la troisième marche du podium, les causes physiologiques.
Somatiques - liées à notre corps -, ou psychologiques - liées à notre esprit -.
Parmi celles-ci, la plus connue est le manque de sommeil. L’insomnie, ou un sommeil de mauvaise qualité, ont pour fâcheuse conséquence de nous priver de notre capacité à polariser notre énergie vers un but précis.
Mais également certains symptômes ou maladies peuvent nous gêner : une crise de migraine, un inconfort visuel, des acouphènes, des douleurs chroniques… La liste est longue.
Aujourd’hui, l’un des syndromes les plus fréquemment rencontrés dans les troubles de la concentration est le syndrome de la fatigue oculaire numérique. Il s’agit d’un fléau dont peu connaissent les véritables conséquences à l’heure actuelle. Et c’est le sujet d’un article qui lui sera dédié.

En quoi ces trois ennemis de la concentration se lient contre nous? Prenons un exemple. Vous avez travaillé tard hier soir, vous avez très peu dormi - et mal, car justement, vous travailliez sur l’ordinateur. Le lendemain, le réveil sonne. Douleur. Vous travaillez un peu, et vous vous rendez vite compte qu’aujourd’hui va être une journée difficile. Vous avez tendance à regarder ce qui se passe sur Instagram. À penser à la série que vous avez regardé l’autre jour, ou au dernier livre de Laury Thilleman. À midi, la tâche qui devait être exécutable en une heure est devenue une corvée qui n’en finit plus.

B. Comment se concentrer?

7. Une bonne santé

Oui, c’est évident.
Mais il arrive que les réponses les plus simples soient les plus véridiques.
Comment se concentrer efficacement si l’on est en mauvaise santé? Comment effectuer une tâche intellectuelle sans avoir dormi?
Qui dit être en bonne santé dit avoir une bonne hygiène de vie.
Certes, nous pouvons tenter de contrôler notre corps et notre esprit - ce qui est une tâche déjà difficile en soi. Cependant, nous ne pouvons pas lutter contre eux lorsque ceux-ci nous boycottent.

6. Tu n'es pas une machine!
Mets tes notifications en OFF!

Réduire l’accessibilité aux distractions, et limiter leur impact.
Vous nous voyez venir… C’est difficile de mettre et laisser son téléphone en mode avion, n’est-ce pas? Pourtant, les bénéfices en terme de concentration et de productivité sont immenses. Alexander Graham Bell, inventeur du téléphone au XIXème siècle, disait lui-même de son invention qu’elle le déconcentrait dans son travail quotidien.

5. De la volonté

Encore une fois, facile à dire. Mais nous avons promis à notre responsable éditorial d'être transparents.
S’engager. C'est aussi simple que ça. Et aussi difficile.
Signer un pacte avec soi-même...
Un exemple. Se dire à voix haute : « je m’engage à effectuer cette tâche en ce temps imparti, et je m’engage à y consacrer mon énergie pendant ce temps ».

4. Trouver de l'intérêt dans notre tâche

Si le processus de réalisation de cette tâche vous intéresse, voire vous passionne, alors non seulement vous aurez moins de difficultés à la réaliser, mais la qualité du résultat en sera d’autant plus améliorée. C’est comme si vous marchiez sur un chemin que vous connaissez parfaitement et que vous appréciez. Si le chemin suscite votre intérêt, le résultat sera bon.

 

3. Du repos. Du vrai.

S’accorder du repos.
D’abord avec des pauses.
En nous permettant d’interrompre la réalisation des tâches, nous pouvons nous ressourcer. Que ce soit pour réaliser notre activité favorite - aller courir, nager, monter à cheval, jouer du violon, lire,… - ou pour simplement ne rien faire.
Vient également le concept de micro-pauses. Toutes les 30 minutes par exemple, nous permettent de relâcher notre attention et notre concentration, qui étaient - sans que l’on s’en rende compte - en train de faiblir. Lorsqu’il sera le moment de se retrousser les manches, notre corps et notre esprit seront prêts à replonger dans la conception de notre oeuvre.
Attention!
Votre pause doit elle aussi être organisée et bien utilisée. Se balader sur les réseaux sociaux ou regarder une vidéo aura pour conséquence de capter votre attention et de générer de la fatigue.

2. Préférer une tâche unique

Le fait de travailler sur plusieurs choses à la fois est extrêmement contre-productif. Le multitâche, c’est « l’art de faire mal plusieurs choses à la fois ».
D’abord car la durée nécessaire à la navigation entre les tâches et pour se concentrer sur une nouvelle est un temps non seulement perdu mais surtout conséquent.
D’autant plus embêtant, lorsque nous nous adonnons au multitasking, nous perdrions 40% de notre productivité… alors que nous avons l’illusion d’être compétent(e) dans plusieurs domaines.

 

1. Last but not least

Si, comme des milliards de personnes aujourd’hui, votre tâche à vous est numérique, la question que vous vous posez est :

Existe-t-il une solution efficace pour retrouver une productivité digitale naufragée?

La réponse est oui. Nous vous conseillez ici nos deux meilleures solutions.
La première : le minimalisme digital. Concept abordé ultérieurement.

La seconde : vous protéger contre la lumière bleue.

Nous répondons à tous vos commentaires.